Categorias
Corrupção Governança Reações Terrorismo

Tudo quieto na frente camaronesa?

Depuis l'embrasement des Provinces du Sud-Ouest et du Nord-Ouest em 2017, em estime que les combats ont fait plus de 3 000 morts et jeté 700 000 personnes sur les routes et la brousse. As violências se multiplicam e a situação humanitária se degrada. Dans les villages camerounais frontiers du Nigéria como Gakara ou le canton de Tourou, les incursions de Boko Haram se multiplient. Pas un jour sans que le décompte des morts ne s'allonge.

Reprends ici le titre d'un article publicado em 03 mars 2004 no Project Syndicate par mon ami et frère Burundais, Dr. Janvier D. Nkurunziza. Janvier dénonçait a l'époque le silent de tous devant les massacres horrores et innommables dans son beau pays. J'ai lu et relu cet article et je prais de ne plus jamais vivre ces images sur le sol Africain.

Quelques années après, en poste au Nigeria, j'ai vu l'évolution d'une crise qui a commencé à l'Etat de Yobe pour se transformer en un monstre terroriste, Boko Haram, qui traversa aisément la frontière poreuse entre le Nigeria et le Camarões, créant ainsi pleurs et désolations… ceci jusqu'au jour d'aujourd'hui. Boko Haram est à l'origine de nombreux massacres, attentats et enlèvements à l'encontre de populações civis de toute confession, au Nigéria mais aussi au Camarões, Au Níger e para o Chade. Eu sou responsável por crimes de guerrade crimes contra a humanidade et é classé comme organização terrorista por Conselho de Segurança das Nações Unidas Que o 22 2014.

Pendant le même temps, le Nigeria a connu de nombreuses crisis partout dans le pays dont les plus marquants étaient concentrées au Sud du pays, dans l'Etat du Delta, avec des sabotages d'installations pettrolières de multinacionais étrangères revendiquées régulièrement par les Vengeurs du delta do Níger (NDA). Selon les chiffres du gouvernement, les crimes liés au pétrole ont entraîné une perte moyenne annuelle de près de 2,8 milliards de dólares de receitas.

Je ne crois plus à la force des indignations, orales ou écrites. Ça marche sans doute ailleurs, mais l'experience montre que ça ne marche pas toujours, surtout chez nous. Meme la diplomatie souterraine n'arrive pas souvent à résoudre ce gênero de crises. Je l'avais dit par écrit (depuis le 24 janvier 2017 !) et par voie orale, en appelant tous ceux qui, croyais-je, pouvaient nous aider à trouver des solutions a cette crise. Je souhaitais tout prix que le pays trouvera la sagesse nécessaire pour éviter esta venda guerre dans le NOSO.

O Grande Diálogo Nacional organizou em Yaoundé était censé apporter les solutions à cette crise, e inclui todas as medidas governamentais anunciadas. Comment se fait-il que nous montrons, tous les jours, un visage aussi odieux?

Em croyait avoir touché le fond avec le massacre de Ngarbuh à Ntumbaw le 14 fevrier 2020 où 23 civils morts calcinés, dont des femmes enceintes et des enfants.

Depuis l'embrasement des Provinces du Sud-Ouest et du Nord-Ouest em 2017, em estime que les combats ont fait plus de 3 000 morts et jeté 700 000 personnes sur les routes et la brousse. As violências se multiplicam e a situação humanitária se degrada. Dans les villages camerounais frontiers du Nigéria como Gakara ou le canton de Tourou, les incursions de Boko Haram se multiplient. Pas un jour sans que le décompte des morts ne s'allonge. 

Comment comprendre les massacres de Kumba de ce matin ?

On nous annonce qu'au moins six enfants – un garçon et cinq filles – ont é tués et treize autres ont été gravement blessés dans l'attaque d'une école dans le Sud-Ouest anglophone du Cameroun. Un groupe armé encore non identifié s'est introduit na l'école «Mother Francisca bilingual academy», na vila de Kumba e no ouvert le feu sur les élèves!

Voici ce que je voulais nous éviter depuis 2017, en vão ! Ces morts de trop! Les enfants, nos enfants!

Deixe um comentário

Seu endereço de email não será publicado.Os campos obrigatórios são marcados com *